Publié
Commentaires Aucun

Tout chien de défense devrait être dressé au pistage. Il possède naturellement toutes les aptitudes qui le rendent propre à ce travail et le rôle du dresseur consiste presque exclusivement à développer ses dispositions instinctives et à inculquer à l’animal l’amour de la recherche de l’homme et des objets.

Il n’y a aucun inconvénient à débuter ce travail avec des sujets jeunes. Ceux qui commencent à apprendre le pistage à leur Saint Hubert dès l’âge de 6 mois le font gaiement et montrent par la suite un réel plaisir et même une grande opiniâtreté à l’exécuter. Cela ne veut pas dire que des chiens dont le dressage n’a pu débuter que plus tard ne font pas preuve aussi de grandes qualités, mais, si le dresseur en a la faculté, il ne doit pas hésiter à inculquer très tôt à son élève les premières notions de ce travail particulier

Recherche du maître

C’est par cet exercice que débute toujours l’enseignement du pistage car c’est le plus facile à faire comprendre à l’élève. Il n’y a pas d’exemple qu’un chien de quelques mois qui a perdu le maître qu’il aime bien, ne tente de le retrouver et, si sa vue ne peut le renseigner, il met instinctivement son nez à terre, pour rechercher l’odeur des pas.

Le secours d’un aide n’est même pas nécessaire lors des premières leçons, il suffit qu’au cours d’une promenade, le maître profite de l’instant où son compagnon s’est un peu éloigné pour se cacher derrière un obstacle d’où il peut surveiller son élève sans en être vu. Celui-ci commence à courir en tous sens et s’il vient à trop s’éloigner il est toujours possible de le rappeler. Si au contraire il reste aux environs, le maître prend grand soin de ne pas se laisser apercevoir.

Après quelques instants de recherche infructueuse l’animal tente de retrouver la piste et lorsqu’il y est parvenu il la suit jusqu’à la cachette choisie par son maître.

Celui-ci bien entendu l’accueille avec force caresses. Il faut cependant, lors de ces premiers exercices, éviter que l’élève ne prenne la piste à contre-voie ce qui se produit assez souvent et, dans ce cas, le rappeler dès que l’on s’aperçoit de son erreur.

Sans cette précaution il peut contracter l’habitude de rentrer à la maison dès qu’il se croit abandonné. Quand le sujet commence à se servir de son nez pour retrouver son maître, on lui trace des pistes que l’on allonge et complique progressivement.

Avant de débuter ce travail, on ne doit jamais oublier qu’il est indispensable de travailler avec le vent dans le dos. Sans cette précaution, l’élève prend l’habitude de rechercher dans l’air les effluves émis par son conducteur et se porte dans sa direction sans utiliser la piste qui a été tracée.

Lorsque, pendant les premiers parcours, on exécute un crochet qui modifie la direction du vent, par rapport à la piste, on s’efforce, pour ne pas trop compliquer la recherche, de revenir rapidement à l’orientation primitive.

On essaie pour la même raison de choisir un temps et un terrain propices.
Les conditions climatiques les plus favorables sont généralement obtenues par vent d’Ouest ou Sud-Ouest faible avec une humidité suffisante mais sans pluie ; par contre, les plus mauvaises sont la sécheresse et la poussière.

Le terrain doit autant que possible être une prairie ou un champ cultivé recouvert d’une végétation peu abondante et où l’on n’a pas pratiqué récemment d’épandage d’engrais. Il faut proscrire les chemins empierrés où l’odeur des pas est peu persistante ainsi que les lieux, fréquentés tant par l’homme que par les troupeaux, où les pistes se confondent.

Lorsqu’un emplacement, répondant à ces conditions, a été trouvé, on doit encore éviter d’y tracer plusieurs parcours qui ne soient pas séparés l’un de l’autre par au moins une centaine de mètres afin d’éviter à l’élève toutes les possibilités de s’embrouiller dans les odeurs que le vent peut lui apporter d’assez loin.

Toutes ces précautions étant prises pour le premier exercice, on fait tenir le chien par un aide dans un endroit d’où il ne peut voir son maître. Ce dernier part d’un point convenu d’avance, et marche en ligne droite pendant 60 ou 80 mètres.

Il aboutit ainsi à une cachette où il se dissimule de son mieux après avoir indiqué à son aide, par un signal non sonore, qu’on peut commencer le pistage, Celui-ci, sans plus attendre, se porte alors au point de départ et y maintient quelques instants l’élève dans la position « couchée » puis il lui donne l’ordre « X cherche ton maître ».

Certains sujets devinent tout de suite ce qu’on leur demande et exécutent d’instinct une recherche parfaite. Si tel n’est pas le cas, il n’y a pas lieu d’en conclure que le chien n’a pas de nez mais bien plus probablement qu’il ne comprend pas de quoi il s’agit, il faut donc l’v aider. Le maître trace alors une nouvelle piste mais il rend d’abord son odeur plus persistante en frottant la semelle de ses souliers avec une substance très odorante comme de l’anis, un oignon coupé en son milieu, du lard ou un hareng fumé. Tous les chiens aiment à suivre cette dernière odeur.

Le dresseur marque bien le point de départ en y laissant quelques morceaux des substances odoriférantes dont il vient de se servir et en piétinant un peu le terrain. Puis il part en emportant quelques fiches dont il jalonne son parcours.

Auteur

Publié
Commentaires Aucun

Caractéristiques physiques


Le Saint Hubert est un chien doté d’une grande force avec un corps musclé. Son dos est imposant par rapport à sa taille générale et ses pattes sont imposantes. Sa tête est relativement longue et étroite. Son museau est long et sa truffe est de couleur noire.
Les principales couleurs de sa robe sont le noir, le beige, le rouge et fauve.. Ses poils sont courts et assez dur au toucher sauf au niveau de la tête et des oreilles où ils sont bien plus doux. Ses oreilles sont minces et tombent assez bas. Elles sont très douces au toucher.
Sa peau est détendue si bien que l’on a tendance à dire que ce chien est ridé. Sa queue est portée haute et est légèrement courbée.

Caractère

Le saint Hubert est un chien très gentil, très calme, toujours de bonne humeur et d’une grande patience. C’est le chien idéal pour les enfants car il est doux et affectueux avec eux. Les enfants peuvent même lui grimper dessus, il ne dira rien du tout car c’est une race qui adore jouer avec les enfants.
L’éducation du Saint Hubert est relativement facile mais il faut savoir que c’est un chien très énergique quand il est dehors et qu’il peut également aboyer. Il faudra faire preuve de fermenter pendant son éducation et tout rentrera rapidement dans l’ordre.
Par contre pour que le chien vous perçoive comme son maitre, il va vous falloir de la patience et beaucoup de tact. Il faudra rester en permanence cohérent quand vous lui donnez un ordre. Si c’est non une fois cela doit l’être pour toujours. Il faut que vous mettiez en place des règles claires au sein de votre famille et que tout le monde s’y tienne. Si vous vous montre trop gentil avec lui, ce chien ne vous obéira pas et n’en fera qu’à sa tête.
Ce chien est un grand limier aux sens très développés donc faites très attention quand il est sur une piste car il y a de fortes chances pour que vous ne puissiez plus retenir son attention. C’est pour cela qu’il est recommandé de le promener sans laisse à la seule condition d’avoir un excellent rappel sur lui. Ce chien est capable de suivre n’importe quelles odeurs sur des kilomètres avec une détermination folle et sans se fatiguer.
En plus de l’éducation, il est indispensable de socialiser parfaitement votre chien. C’est-à-dire de lui faire rencontrer rapidement des congénères, d’autres animaux, de nombreuses personnes et de lui découvrir aussi de nombreux bruits : voitures, klaxons, rires d’enfants, télévision, feux d’artifice…

Santé


C’est une race qui a tendance à prendre du poids très facilement. Il faut donc surveiller son alimentation et lui offrir une activité physique régulière.
Concernant les problèmes de santé, comme tous les gros chiens, il peut être victime de retournement de l’estomac c’est pour cela qu’il est recommandé de fractionner ses repas en deux ou trois fois par jour.
Cette race est sensible à plusieurs maladies notamment : la dysplasie de la hanche ou du coude, les otites, l’entropion (la paupière rentre vers l’intérieur) et également des problèmes d’articulations et d’arthrose. Si votre Saint Hubert multiplie les soucis de santé il faudra alors songer à une assurance chien pour les frais vétérinaires car sur les gros chiens les montants de soins sont rapidement élevés

Conditions de vie


Ce chien a une espérance de vie de 10 à 12 ans. Pour être bien équilibré, il aura besoin de rencontrer d’autres chiens régulièrement, d’avoir une activité physique régulière et de longues promenades tous les jours.

Auteur

← Plus anciens Plus récents →